spoonCAEÇa devait être un soir de février je crois. Furtif, Garrincha et moi nous lamentions sur des problèmes de société majeurs, tels que ces groupes qui ne venaient que trop rarement nous rendre visite en France. Spoon faisait partie de ceux-là. Et puis, sûrement pour mettre en veilleuse nos discussions de midinettes bourrées, Dieu, ou du moins un tourneur bien avisé s’est décidé à exaucer notre souhait de les voir revenir à Paris.